Variante : les barettes de Cardinal s’achètent toutes


BarretteCardinal_1_300x190

Démarrer le jeu en piochant une carte Cardinal est très pénalisant par rapport aux joueurs qui piochent un deuxième Seigneur. Car cela réduit la capacité de mouvement et donc de contrôle de nouveaux Villages et donc de revenus au second tour (2 écus de moins).

Par ailleurs j’observe bien souvent, que malgré une forte agressivité, les joueurs ont des revenus énormes en milieu de partie.

Cette variante tente de palier à ces 2 observations en sortant les 3 cartes Cardinal de la pioche des personnages et en rendant les titres achetables : 10, 15 et 20 écus, puis 20 écus ensuite (titre à nouveau disponible suite à la mort d’un Cardinal).

Certes, cela rend le Pape encore plus difficile à avoir. Mais cela pallie aussi aux grands pouvoirs des Cardinaux : dîme « étendue », capacité de sacrer seul le futur Roi, voix pour le Pape, appel à la croisade.

Et puis désormais quand on pioche un personnage on obtient un personnage … sauf si c’est D’Arc, mais dans ce cas c’est plutôt une bonne surprise.

Voilà, c’est pour le moment juste une idée à tester. Je ne pense pas encore voir toutes les implications de cette variante sur le jeu. Et je la partage pour avoir votre avis.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Pas d’alliance de circonstance sans Seigneur


Cet article précise un point délicat de la règle, point que les joueurs oublient fréquemment.

A la phase Combats, dans l’ordre du tour de jeu, un Seigneur peut déclarer un combat sur le village où il se trouve. Il est l’attaquant et il déclare le joueur qu’il attaque. Le joueur attaquant et le joueur ciblé sont les « leaders » et ils peuvent alors solliciter, accepter ou refuser le renfort des troupes d’autres joueurs présents sur le Village pour la bataille, même sans être mariés.

Cette alliance diffère d’une alliance par mariage car elle est temporaire et ne dure que le temps d’une bataille ; on parle d’une « alliance de circonstance ».
Une précision d’importance : Un joueur doit avoir un Seigneur présent sur le Village où se déroule la bataille pour proposer une alliance de circonstance.

Exemple 1 : Un joueur A attaque les troupes sans Seigneur d’un joueur B qui contrôle un Village où se trouve également des troupes d’un joueur C. Si les troupes de C ont au moins un Seigneur, elles peuvent proposer à A ou à B une alliance de circonstance pour aider A à attaquer ou pour aider B à se défendre. Mais si les troupes de C n’ont pas de Seigneur, elles ne peuvent pas faire d’alliance de circonstance ni avec A ni avec B.

Exemple 2 : Un joueur B sans Seigneur contrôle un Village où se trouve les troupes d’un joueur C (avec ou sans Seigneur). Le joueur A arrive sur le Village avec ses troupes menées par un Seigneur et décide d’attaquer C. Comme B n’a pas de Seigneur, il ne peut pas aider C à se défendre.

Il y a énormément d’autres situations possibles et il peut arriver que certaines semblent incongrues mais la règle est la règle 🙂