Belleville : une place défensive


Belleville

Avantages :

  • Seulement 2 routes d’accès : Mazilles et Pugnac,
  • Belleville permet d’exercer une influence directe sur Mazilles et dans une moindre mesure sur St Gérôme et Tournus, situés à 2 étapes et tous 2 chefs-lieux d’évêchés,
  • Le fief de Tournus-Belleville-Pugnac assez compact, donc assez facile à conquérir et à défendre,
  • Le fief de Tournus-Belleville-Pugnac est à cheval sur 2 évêchés, ce qui permet de disperser les moulins,
  • Le fief de Tournus-Belleville-Pugnac est situé dans un coin de la carte : rapport ( nb routes d’accès / nb villages ) plutôt favorable.

Inconvénients :

  • N’est pas chef-lieu d’évêché,
  • Assez excentrée : en bout d’évêché et en bout de fief,
  • Moins bien protégée par Tournus que Pugnac ne l’est,
  • Sous l’influence directe de Mazilles,
  • Fait partie d’un évêché à 5 villages, ce qui rend l’élection de l’évêque compliquée,
  • N’est pas une position de départ optimale.

Conditions d’arrêt d’une bataille


tmp_24408-images-516095377

 

 

 

 

Le § 6.3 Fin de bataille de la règle est précise sur l’arrêt d’une bataille en cours de route, c’est-à-dire avant qu’un des 2 camps n’ait plus de troupe :

  • L’attaquant et le défenseur sont d’accords pour arrêter la bataille,
  • Un des 2 camps se rend,
  • 3 rounds consécutifs sans dégâts.

Et la dernière version v2015 publiée en ligne ajoute une condition :

  • L’attaquant n’a plus de Seigneur pour mener l’attaque.

Et la partie Combat de la FAQ inclue dans la règle précise que dans ce dernier cas, un allié de circonstance dans le camps attaquant peut poursuivre la bataille s’il a un Seigneur pour le faire.

Exemple : Le joueur A déclare une bataille contre le joueur C. Le joueur B s’allie au joueur A. Les rounds s’engagent et à la fin d’un round le joueur A se retrouve sans seigneur tandis que le joueur B en a encore un. La bataille s’arrête-t-elle ?

Réponse : Non, le joueur B peut poursuivre le même combat (sans attendre son tour), avec A contre C, sinon le combat s’arrête.

Variante : tournoi de chevalerie


TournoiChevalerie_1

Voici une idée de variante à compléter  :

Lorsque le tournoi est déclaré [à compléter], chaque joueur envoie les Seigneurs de son choix (parmi sa famille) sur le Village où se déroule le tournoi.
Déroulement du tournoi : [à compléter].
Les Seigneurs peuvent mourir, être blessés (-1 Point de Combat à vie), être blessés temporairement (pas de déplacement ni combat pendant 2 tours) ou gagner (+1 Point de Combat à vie).

Avez-vous des idées  ?

[edit 1 janvier 2017] Compléments :

La déclaration d’un tournoi de chevalerie est faite si à la fin de la phase Oyez Oyez, au moins 2 joueurs sont d’accords pour qu’il se tienne, et que le Roi donne son accord. Ils négocient le village où va se tenir le tournoi. Ce village est placé sous protection royale et papale et ne peut pas être attaqué ce tour-ci.

Le tournoi de chevalerie est une parenthèse menée en parallèle de la phase Déplacements et Combats. Comme pour les croisades un plateau spécifique représente la ville où se tient le tournoi. Lorsque le tournoi est déclaré, les seigneurs qui souhaitent y participer ont la possibilité de s’y rendre au début de la phase Déplacements. Le tournoi est ensuite résolu, et les seigneurs reviennent sur le plateau principal à la fin de la phase Combats.

Le Roi, la Reine et le Prince Héritier, si en jeu, doivent obligatoirement se rendre au tournoi. Les nobles chevaliers s’affrontent dans l’espoir d’attirer l’attention et les faveurs de la Cour. Le Pape par contre n’est pas contraint de s’y rendre.

Il n’y a pas de droit d’entrée. Si c’était le cas il n’y aurait quasiment pas de participants car rares sont les joueurs qui conservent des écus après la phase Achats.

Les seigneurs qui participent au tournoi ne peuvent pas s’y rendre avec des troupes. D’abord ce serait trop compliqué à gérer, et ensuite, les armées n’étaient pas concernées. La seule raison serait la protection des seigneurs participants contre une attaque d’un autre joueur … mais le placement du village sous protection royale et papale permet de palier à cela.

Résolution du tournoi : [à compléter]

Un joueur qui a un seigneur engagé dans le tournoi peut tenter une embuscade sur un seigneur d’un autre joueur pendant le tournoi. Mais dans ce cas le seigneur qui joue la carte Embuscade perd tout le crédit qu’il avait auprès de la Cour et de l’Eglise (qui réprouve ce type d’opération pendant les tournois) et ne pourra plus être candidat ni voter dans aucune élection (comme un Renégat), jusqu’à sa mort ou jusqu’à une grâce royale.