Se débarrasser d’un seigneur gênant dans sa famille


A Fief, chaque seigneur de sa famille a son importance et c’est rarement une bonne stratégie de « sacrifier » un seigneur. Mais parfois il peut tout de même s’avérer utile de se débarrasser d’un de ses propres seigneurs devenu gênant, de par ses caractéristiques (genre, caractère, Templier, excommunié) et le fait qu’il occupe une place dans la famille qui pourrait être mieux occupée par un nouveau seigneur.

Par exemple, de retour de garnison dans l’évêché voisin, Charles Le Maudit peut être envoyé en « mission » avec une très faible escorte pour évaluer la force de l’adversaire à Beaujeu où se trouve une garnison ennemie (choisir un village ennemi non-fortifié où se trouve beaucoup de troupes) avec ordre d’attaquer sans reddition s’il est découvert … ceci pour éviter d’être fait prisonnier et soumis à la Question par l’ennemi. Le pauvre Charles est (évidemment) tué dans la bataille. Et Gauvin Le Rapide est désigné pour le remplacer dans la famille.

François Le Malchanceux, de faction à St Andromy avec sa modeste troupe, veut forcer son destin en attaquant St Médard … sans avoir vu la grosse armée du Comte de St Gérôme postée derrière une colline. Quelle malchance tout de même ! (cqfd)

Guenièvre La Lâche est désignée (d’office) comme l’assassine du Duc Henri … et elle est livrée à la justice par sa propre famille pour « sauver l’honneur de la lignée ».

Le seigneur templier Othon, accompagné d’une escorte réduite car en territoire allié, est soudainement attaqué sauvagement par Isabelle D’Arc et son armée pourtant alliée. Ce n’est pas la première erreur de cette pucelle de 20 ans ! A moins que cette « bavure » n’ait été commanditée par le Comte de Tournus moyennant quelques écus.

Pour résumer :

Technique n°1 : Envoyer le seigneur avec une très faible troupe sur un village non fortifié où se trouve une grosse armée ennemie avec ou sans seigneur, déclarer une bataille, ne pas se rendre, espérer que le seigneur ne sera pas fait prisonnier mais tué (l’idéal étant d’être face au Cruel, qui ne fait jamais de prisonnier).
Cela ne fonctionne pas pour Le Lâche, ni pour un Templier sauf s’il sort d’un siège.

Technique n°2 : Si le seigneur est un assassin, le livrer soi-même à la justice.
Cela ne fonctionne pas pour un Templier car il ne peut pas être l’auteur d’un assassinat.

Technique n°3 : Convaincre ou négocier avec un autre joueur d’attaquer le seigneur … qui est faiblement accompagné.
NB: Il faut qu’il soit accompagné d’au moins un pion sergent de manière à ne pas être fait prisonnier et à ce que le jet de dé de l’adversaire fasse le plus souvent ff ou plus.

Quel meilleur moment pour poser des mercenaires ?


FiefFrance1429_Pions_Extension_Tactique_Mercenaire_1Poser des pions mercenaires lorsque cela permet d’avoir un dé de combat supplémentaire, et ne poser que ce qu’il faut pour obtenir le dé de combat supplémentaire.
Exemple 1 : Je déclare une bataille avec 6 points de combat, j’ajoute 1 pion mercenaires pour passer à 2 dés de combat.
Exemple 2 : Un round de bataille me fait passer de 14 points de combat à 11 points de combat, j’ajoute 2 pions mercenaires pour revenir à 13 points de combat et ne pas perdre le dé de combat pour le round suivant.

Une FAQ sur Fief ?


Ne cherchez pas plus loin. Une FAQ de 45 pages publiée sur le site BoardGameGeek répond à (presque) toutes les questions qu’on peut se poser sur les règles du jeu.

Les questions / réponses sont classées par phase de jeu et par extension. Cette FAQ contient également :

  • Des recommandations pour les 1ères parties,
  • Des éléments de stratégie,
  • Une tonne de variantes,
  • La liste exhaustive des changements avec la version 2011,
  • Les différences avec la version anglaise,
  • Le détail des phases du jeu avec les extensions.

Du beau boulot … et en français !

Lien pour télécharger le PDF (il faut avoir un compte BGG).

Précisions sur l’élection du roi


RoiQ: Bien qu’étant un titre royal, pourquoi le prince héritier n’est pas mentionné au § 1.8 « Election du roi » ?
R : S’il y a une élection du roi, c’est que le précédent roi est mort sans prince héritier. Donc puisqu’il n’existe pas, le prince héritier n’a pas besoin d’être listé dans les titres qui permettent de voter dans l’élection du roi.

Q: Pourquoi le § 1.2 « Titres » précise « Reine (régente) » ?
R: « régente » entre parenthèse rappelle que si le roi est mort sans prince héritier, alors la reine est immédiatement devenue régente, et comme c’est un titre royal (§ 1.2), elle peut voter dans l’élection du prochain roi.

Q: Les titres de fief d’Orient (extension Croisades) permettent-ils de voter dans l’élection du roi ?
R: Oui.

Q: Un seigneur peut-il avoir plusieurs voix dans l’élection du roi ?
R: Non, au plus une voix car les titres ne se cumulent pas.

Q: Combien de voix donne un Archevêque dans l’élection du roi ?
R: Une seule.