Charles est de retour grâce à la peste !


cardinalprisonnier1

Le cardinal Charles de St Gérôme avait disparu depuis plusieurs lunes après la terrible bataille de Bourg.

Au départ, la prise de la cité fortifiée semblait à sa portée.  Car son cousin, le Comte Henri de St Gérôme, et lui s’étaient alliés Isabelle de Tournus. Et ils avaient soigneusement établi le siège de Bourg … dans les règles de l’art (ndla : je vous passe les détails). Mais lorsque l’ordre fut donné d’investir la ville pour en prendre le contrôle, les choses avaient mal tournées :  Henri fut abattu par un archer du Duc  Gauvain de Bourg, et peu de temps après Isabelle se révéla être une traîtresse lorsqu’elle rejoignit la défense de Bourg aux côtés de Gauvain.

Après avoir combattu vaillamment, Charles s’était rendu pour éviter une mort inéluctable et indigne d’un homme d’église : sur le champ de bataille.

Certains avaient entendu dire qu’il était enchaîné au fond d’un cul de basse fosse du donjon de Bourg, tenu par Gauvain et Isabelle. [ (edit) : Charles attend 🙂 ] Et que sa famille n’avait pas assez d’or pour payer sa forte rançon. D’autres certifiaient qu’il avait été torturé et avait renié l’Eglise avant d’être finalement achevé par Gauvain surnommé Le Cruel.

Toujours est-il que peu de temps avant que la peste noire ne frappe l’évêché de Bourg, Dame Isabelle et sa garnison s’étaient rendus à Marcamps (était-elle devin ?), laissant Charles sous la seule garde de Gauvain, sans réelle armée.

Et la peste frappa  ! Et le Duc Gauvain y succomba  ! Plus personne ne contrôlait la cité … ou du moins ce qu’il en restait. Mais le cardinal Charles de St Gérôme, isolé au fond de sa cellule, était en vie.

Il fut libéré, fini par prendre l’ascendant sur la cour de Bourg, et obtint le titre de Duc de Bourg. Lorsqu’il imposa la dîme sur l’évêché de Sigy et la taille sur son nouveau fief de Bourg, le reste du royaume fut stupéfait et n’en revint pas. Non seulement Charles était en vie, mais en plus il avait finalement pris Bourg, il était devenu Duc et il était riche. Quelle renaissance et quelle gloire  !

Comme quoi, aucune situation n’est 100 %  désespérée à Fief. Bon d’accord, il faut un peu de chance parfois …

Publicités

Variante : carte « marche forcée »


vitesserapiderouge_01

Voici une idée de nouvelle carte événement (à dos gris) : Marche Forcée.

Lorsqu’il l’a en main à la phase Déplacement, un joueur peut jouer la carte Marche Forcée  sur un seigneur non-prisonnier de sa famille qu’il n’a pas encore déplacé. Cela lui permet de déplacer ce seigneur et ses troupes de 3 villages.

Comme l’avantage est considérable, voici quelques restrictions :

  • Les bombardes restent sur place : impossible de les faire suivre le rythme,
  • Pas de demi-tour sur le trajet,
  • Malus de -2f au total de ses dés de combat en cas de chevauchée,
  • Malus de -3f au total de ses dés de combat (attaque ou défense), et ce même en combattant avec des troupes déjà sur place (qui n’ont pas ce malus),

Remarques :

  • Attention à vos troupes si elles doivent se défendre car -3f c’est beaucoup,
  • L’attaque spéciale des archers est encore faisable mais il y a peu de chance de faire des dégâts.

Quelqu’un a-t-il une image pour la carte ? 😉

Que faire sans seigneur ?


seigneurtombe_1

Un joueur n’est jamais éliminé à Fief. Même temporairement sans seigneur il peut continuer et espérer remonter la pente. Pour cela il lui faut récupérer rapidement un seigneur car pendant cette période ses villages risquent fort de se faire attaquer. D’autant que s’il a perdu son denier seigneur c’est souvent qu’il n’était pas en si bonne situation.

Et un joueur qui n’a plus de village, n’a plus ou peu de revenus et ne peut quasiment pas revenir réellement dans la partie. Certes il continue de piocher des cartes, mais si aucun autre joueur ne « l’héberge » sur un de ses villages, il ne peut plus poser de seigneur ni de troupes et n’a plus de revenu. Il continue à jouer mais il peut aussi bien quitter le jeu.

Mais revenons au cas, pas si rare, où un joueur se retrouve avec un plateau de famille vide. Ce n’est pas catastrophique si cela ne dure pas trop longtemps. Quels sont les conseils qu’on peut lui donner ?

Pour récupérer un seigneur :

  • Conseil n°1 : Piocher systématiquement une carte personnage, jusqu’à avoir au moins 2 seigneurs sur son plateau de famille.
  • Conseil n°2 : Echanger des cartes et/ou de l’argent, même jusqu’à 3 pour 1 si cela lui permet de récupérer un seigneur. Par exemple : « Je te donne la dîme pour ton pape contre ta carte Henri », ou en ambassade « Voici l’assassinat et une bonne récolte contre Guenièvre » ou « Je t’échange l’embuscade et une carte taille  contre ta carte Isabelle ». En pratique il y a peu de chances que ça marche … mais sait-on jamais.
  • Conseil n°3 : Aider à tuer des seigneurs avec ses cartes si cela permet de regarnir la pioche de telle sorte qu’au tour prochain il ait des chances d’en piocher un.

En attendant de récupérer un seigneur il doit défendre ses positions et récupérer de l’argent :

  • S’il lui reste un château, acheter des troupes qu’il place dedans pour le défendre et être prêt pour le moment où il aura récupéré un seigneur.
  • Proposer et monnayer des droits de passage sur ses villages, mais attention à ne pas se faire attaquer.
  • Jouer ses cartes, notamment les révoltes, en monnayant leur cible.

Et aussi :

  • Ne pas attiser la convoitise sur ses villages en criant haut et fort qu’on ne s’en remettra jamais ou au contraire que de toutes manières, on verra ce qu’on verra, on remontera la pente et on écrasera tout le monde. Mieux vaut faire profil bas pendant un temps.
  • Si la pioche des personnages reste désespérément vide, il ne faut pas rester sans rien faire en accusant la malchance … et en se faisant prendre ses villages les uns après les autres. Appliquer le conseil n°3 ci-dessus et négocier, négocier, négocier (des cartes, des droits de passage, des promesses, …) car cela permet de rester dans le jeu et, qui sait, de passer entre les gouttes … et parfois même de trouver une solution sans attendre la pioche.
  • En général il vaut mieux conserver la carte D’Arc pour le cas où on piocherait une femme au tour suivant. On peut aussi l’échanger contre un seigneur, mais dans ce cas il ne faut pas se tromper de joueur : mieux vaut la céder à un allié.
  • Il peut aussi être intéressant de conserver la carte assassinat pour tuer un seigneur qui s’en prendrait seul (qu’avec des troupes) à son château ou sa cité.

Se retrouver sans seigneur ne signifie pas que c’est fini. Cela peut être difficile si cela perdure plusieurs tours. Mais il faut voir le bon côté : pour rester dans le jeu (et continuer de s’amuser), c’est une période propice à exercer ses talents de diplomate et de négociateur. N’est-ce pas l’essence du jeu Fief après tout ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez d’autres conseils ou si vous trouvez que les miens ne sont pas bons.

Bonnes parties.

Quelques précisions sur les caractères


cartescaracteres

Voici quelques questions sur les caractères (extension Politique) dont la réponse ne figure pas encore dans LA faq en français sur BGG.

Q : Bien que la règle indique « systématiquement », le seigneur Tyrannique taxe-il quand même le village où il se trouve s’il ne le contrôle pas : prisonnier, assiégeant  une fortification, en simple campement sur un village ?
R : Non, pas s’il est prisonnier. Mais oui s’il est libre de mener ses actions tyranniques sur le village, même s’il ne le contrôle pas.

Q : Bien que la règle indique « Il est toujours possible », peut-on mettre une révolte sur le seigneur Tyrannique s’il est prisonnier ?
R : Non.

Q : Le seigneur Malchanceux empêche-t-il de mettre une carte Bonnes récoltes ou Beau temps sur l’évêché s’il est prisonnier ?
R : Oui, sa présence suffit.

Q : Le seigneur Maudit attire-il les calamités lorsqu’il prisonnier ?
R : Oui, sa présence suffit.

Q : Le seigneur Béni est-il immunisé contre la peste même prisonnier ?
R : Oui.

Q : Le seigneur Charismatique perçoit-il un écu s’il se trouve sur un chef-lieu d’évêché mais sans en avoir le contrôle : prisonnier, assiégeant une fortification, en simple campement sur un village ?
R : Oui, même prisonnier les foules et ses geôliers lui font un traitement de faveur.

Qu’en pensez-vous ?

Attaquer avec des archers seuls ?


archers_01_15mm_ecossais

Attaquer avec un archer seul (et un seigneur bien sûr) peut être intéressant pour s’emparer d’un village non fortifié uniquement gardé par un pion Sergents. Un village avec un moulin par exemple.

Car cela permet de gagner à coup sûr au moment du tir des archers sans qu’aucun round de bataille ne soit engagé, autrement dit sans que le défenseur ne puisse se défendre.

C’est pratique quand on a plein de seigneur et qu’on veut absolument occuper un village.

archers_02

Mais attention au retour de manivelle car ça laisse le seigneur seul avec un archer, vulnérables pour le tour suivant. Même en calculant bien son coup, il faut quand même être prêt à perdre le seigneur car à Fief les imprévus sont fréquents : une révolte suffirait à tuer le seigneur et l’archer, et à balayer l’éventuel moulin.

Avez-vous d’autres petites astuces de ce genre ?

St Médard : poste avancé de St Gérôme


StMedard

Situé au milieu-est du plateau, St Médard peut parfois être un village de départ intéressant à 3 ou 4 joueurs comme poste avancé de St Gérôme. Mais St Médard est sous l’influence de Villeneuve, ce qui la rend fragile. Car St Médard est un verrou vers St Gérôme et surtout vers Tournus. Et St Médard ne permet pas d’avoir rapidement un titre d’évêque.

Avantages :

  • Dans un fief de 3 villages
  • Influence directement Villeneuve, St Gérôme, St Andromy
  • Influence indirectement Charolles, Mazilles, Tournus, Bourg, Les Essarts qui sont des villages importants
  • Comme St Médard est excentrée dans son évêché, cela permet de profiter des bonnes récoltes et beaux temps mises par le joueur qui contrôle Blaye et ses alentours

Inconvénients :

  • Pas chef-lieu d’évêché
  • Sous l’influence de Villeneuve qui est une place « instable »
  • Dans le grand évêché de Blaye, ce qui rend difficile l’obtention du titre d’évêque de Blaye
  • N’a pas vraiment de village pour servir de base arrière

St Gérôme : sûre mais exigüe


StGerome

St Gérôme est un village stratégique entre le nord et le sud du plateau mais sa position excentrée à l’est fait qu’on peut préférer St Médard pour démarrer.

Avantages :

  • Chef-lieu d’évêché
  • Fief de 3 villages (Comté)
  • Influence directe sur St Médard, et indirecte vers Tournus, Villeneuve
  • Le titre d’évêque peut être obtenu la plupart du temps sans trop de difficulté juste après le début de la partie, ensuite c’est plus difficile
  • Base arrière défensive possible vers St André … pour mettre un moulin par exemple

Inconvénients :

  • Excentrée à l’est
  • Le Fief est relativement fragile à cause de St Médard

Le caractère de la dame D’Arc a son importance


jeannedarc_01_1024x671

Quelle satisfaction et quel sentiment d’invincibilité lorsqu’on pose la carte D’Arc sur une dame avec un caractère puissant :

  • « Béni » : ne subit pas la peste (1)
  • « Téméraire »/ »Intrépide » : +1f au total des dés en attaque (2)
  • « Cruel » : exécute ses prisonniers
  • « Tempétueux » : se déplace et combat par mauvais temps
  • « Ingénieux » : engins de siège
  • « Furtif » : souterrain

Par contre, il y a sentiment de gâchis lorsqu’on est contraint de faire D’Arc une dame au caractère « Rapide ».

Et il y a même un caractère totalement contre-indiqué pour D’Arc : c’est « Lâche ».

Qu’en pensez-vous ?

 

(1) Hier j’ai eu une D’Arc bénite qui a pu échapper à la peste. Enorme émotion !
(2) J’ai mis « Téméraire »/ »Intrépide » car la règle indique « Téméraire » mais la carte de caractère indique « Intrépide ».

Un siège manqué


citefortifiee_couvertoirade_1_800x600

Après avoir convoqué ses bannerets, unifiés sous le commandement d’Isabelle de Bourg (joueur blanc), le roi Othon et sa troupe (joueur bleu) fit mouvement et se rendit devant la cité fortifiée de Mazilles. Isabelle fit de même avec la ferme intention de tirer parti de cette bataille : obtenir les honneurs du roi, voire le titre de baronne pour la prise de la cité.

Mais au moment de livrer bataille, le rapport des éclaireurs fut sans appel, d’autant que le passage souterrain qui devait faciliter les opérations avait été comblé depuis plusieurs mois semble-t-il : Mazilles était en réalité très bien défendue par le baron Gauvain et l’ensemble de ses chevaliers (joueur jaune). Sa majesté Othon et dame Isabelle décidèrent d’assiéger la ville. Tous deux se lancèrent dans la construction de trébuchets. Et ils envoyèrent leurs sapeurs au pied des fortifications.

Le pauvre Gauvain était isolé : sa tante Guenièvre était en pleine bourrasque et ne pouvait pas apporter ses maigres renforts, et Gauvain ne fût pas assez persuasif (ou riche) pour convaincre le seigneur de St Médard de lui venir en aide. Heureusement, Gauvain comptait dans ses rangs un personnage fort discret et craint de tous à cause de sa connaissance des plantes et de leur pouvoir meurtrier. Gauvain lui confia une mission secrète dans les lignes adverses.

Ce fût fait : le roi mourut soudainement (je vous passe les détails). Et cela désorganisa complètement les troupes royales qui furent contraintes de lever le siège sur leur partie des remparts. Isabelle ne pouvait désormais plus compter sur les engins de siège d’Othon (enterré à la hâte, sans la cérémonie qui sied à un roi), ni sur le soutient de ses troupes pour attaquer la cité [NDLA : pas de seigneur, pas d’alliance de circonstance].

Isabelle compta ses troupes et décida de poursuivre le siège en espérant l’arrivée de renforts ou d’un proche d’Othon pour reprendre le commandement de son armée.

C’est alors que dame Guenièvre, qui avait rassemblé de nouvelles troupes, vint en renfort de Gauvain. Isabelle était désemparée. Elle ne pouvait plus attaquer, même avec ses nouveaux engins de siège. Et elle dû lever le siège et laisser la place, en abandonnant les anciennes troupes du roi défunt à leur propre sort.

La grande bataille et le siège royal étaient manqués !

Liste des villages du plateau


Voici la liste des 24 villages du plateau avec le lien vers l’article de ce site, le nombre de route de chaque village, le fief, le numéro et le nom de l’évêché.

Village

Nb

route

Fief

Evêché

Nom

Evêché

Tournus

2

Tournus-Belleville-Pugnac

2

Tournus

Belleville

2

Tournus-Belleville-Pugnac

3

St Gérôme

Pugnac

3

Tournus-Belleville-Pugnac

3

St Gérôme

Mazilles

3

Mazilles-St Andromy

2

Tournus

St Andromy

3

Mazilles-St Andromy

2

Tournus

Sennecy

2

Sennecy-L’Epervier-Châteauneuf

1

Blaye

L’Epervier

3

Sennecy-L’Epervier-Châteauneuf

1

Blaye

Châteauneuf

2

Sennecy-L’Epervier-Châteauneuf

2

Tournus

Beaujeu

2

Beaujeu-La Salle-Blaye-Charolles

5

Sigy

La Salle

3

Beaujeu-La Salle-Blaye-Charolles

1

Blaye

Blaye

2

Beaujeu-La Salle-Blaye-Charolles

1

Blaye

Charolles

3

Beaujeu-La Salle-Blaye-Charolles

1

Blaye

Sigy

2

Sigy-St Ciers d’Abzac-Marcamps

5

Sigy

St Ciers d’Abzac

3

Sigy-St Ciers d’Abzac-Marcamps

5

Sigy

Marcamps

2

Sigy-St Ciers d’Abzac-Marcamps

4

Bourg

St Paul

3

St Paul-Les Essarts

5

Sigy

Les Essarts

3

St Paul-Les Essarts

4

Bourg

St Vivien

2

St Vivien-Bourg-Villeneuve-La Buissière

4

Bourg

Bourg

3

St Vivien-Bourg-Villeneuve-La Buissière

4

Bourg

Villeneuve

4

St Vivien-Bourg-Villeneuve-La Buissière

1

Blaye

La Buissière

2

St Vivien-Bourg-Villeneuve-La Buissière

3

St Gérôme

St Médard

3

St Médard-St Gérôme-St André

1

Blaye

St Gérôme

3

St Médard-St Gérôme-St André

3

St Gérôme

St André

2

St Médard-St Gérôme-St André

3

St Gérôme